Pour commencer, juste pour ouvrir. Vous souhaiter la bienvenue au creux de mes mots.

Lisez cet empire sur moi. Mes mots ne sont plus mon émoi, mais moi je ne suis que leur frêle apparition. Une caresse à l'envolée si légère, et rien. Rien ne se dessine sous mes doigts. Le parfum des fleurs au loin s'estompe. La solitude est l'attrait de demain, en attente d'être lus. Ils ne sont que cette douce réflexion - reflet d'une mélancolie aussi bleue que mon Papillon. Reste, ne pars pas tout de suite. Ferme les yeux, imagine...